Comité National d'Action Sociale pour le Personnel des Collectivités Territoriales
Le CNAS est certifié ISO 9001.

Pour le bien-être des agents territoriaux,
le CNAS offre tout un panel
de prestations sociales,
culturelles, familiales et de confort :
une action sociale de qualité

Vous êtes dans : Accueil / Espace Collectivités / Vivre le CNAS / « Le correspondant doit avoir une véritable vocation sociale. Sa mission d’information est essentielle »

« Le correspondant doit avoir une véritable vocation sociale. Sa mission d’information est essentielle »

Lyliane Renault

6 février 2013 — Pour favoriser l'utilisation des prestations d'action sociale par les agents qui en ont le plus besoin, le rôle du correspondant est primordial. Témoignage de Lyliane Renault, administratrice du CNAS et ancienne correspondante.

Lyliane Renault milite pour l’action sociale des agents territoriaux au sein du CNAS depuis 1983. Elle a successivement été correspondante au sein de la collectivité où elle travaillait, puis a intégré la délégation du Calvados et a ensuite été nommée au Comité régional d’orientation de la région Ouest. Depuis 2008, elle est adjointe au maire de Colleville-Montgomery (14) et siège au conseil d’administration du CNAS.

Selon elle, « il est primordial que le choix du correspondant se porte sur la personne la mieux adaptée au niveau relationnel. Il doit avoir une véritable fibre sociale et être à l’écoute des agents qui ne doivent pas hésiter à se tourner vers lui. Sa mission d’information auprès d’eux est essentielle pour qu’ils aient connaissance des prestations auxquelles ils ont droit. Certains agents, acculés par les problèmes, ne pensent pas au CNAS, alors qu’ils en ont vraiment besoin. C’est le rôle du correspondant de les assister dans leurs démarches et de les orienter vers les prestations les plus adaptées à leur situation et/ou vers les bons relais. C’est pourquoi, dans la Charte de l’action sociale, nous avons insisté sur le rôle de chacun des acteurs dans la structure adhérente pour que justement les agents bénéficient au mieux de l’action sociale que l’élu a choisi de leur offrir. »

Interview publiée dans Vivre le CNAS n°3 (pdf-853,84 kB)