Comité National d'Action Sociale pour le Personnel des Collectivités Territoriales
Le CNAS est certifié ISO 9001.

Pour le bien-être des agents territoriaux,
le CNAS offre tout un panel
de prestations sociales,
culturelles, familiales et de confort :
une action sociale de qualité

Vous êtes dans : Accueil / Espace Collectivités / Vivre le CNAS / Intercommunalités : le carton plein de l'Ariège

Intercommunalités : le carton plein de l'Ariège

L'Ariège, c'est aujourd'hui 132 adhérents et 16 offres locales, dont le musée de la préhistoire à Tarascon-sur-Ariège.

3 octobre 2017 — Le processus « fusion-harmonisation » a joué à plein régime pour l’action sociale des EPCI ariégeoises. Toutes proposent désormais les prestations du CNAS à leurs agents.

Avant 2017, le CNAS servait les agents de 14 des 20 communautés de communes ariégeoises. La réforme territoriale les a concentrées en 8 intercommunalités, désormais toutes affiliées au Comité national d'action sociale.

Geneviève Anglade est directrice du centre de gestion FPT de l'Ariège, qui abrite la délégation CNAS dont elle est présidente. S’appuyant donc sur les réunions du CdG 09, « nous avons communiqué et rencontré les collectivités dès le début 2016, notamment celles qui avaient un COS ou qui ne connaissaient pas le CNAS » explique-t-elle.

Le cas le plus emblématique est celui du Pays de Foix (146 agents) et du canton de Varilhes (20 agents), deux communautés de communes qui ont donné naissance à une communauté d’agglomération : « C’est la plus petite, déjà adhérente, qui a entraîné la plus grande dont le COS va être dissous. La nouvelle agglomération a décidé d’adhérer pour l’ensemble de son personnel. »

« L'interco' est une porte d'entrée pour faire passer le message aux petites communes »

Fruit du mariage de 8 intercommunalités, la communauté de communes Couserans Pyrénées recouvre quant à elle le tiers est de l'Ariège. Cinq d’entre elles étant adhérentes et trois autres étant dépourvues d’action sociale, l'harmonisation s'est également opérée en faveur du CNAS pour les quelque 350 agents. « L’offre plus importante du CNAS et la volonté des élus de remplir leurs obligations de façon plus sûre sont, généralement, les deux raisons qui emportent la décision » observe Geneviève Anglade.

Dans ce département rural, les petites collectivités demeurent néanmoins majoritaires et les convaincre s'apparente à un travail de fourmi. « L'intercommunalité est une porte d’entrée pour faire passer le message aux communes qui les composent, poursuit la présidente de la DD 09. L'adhésion des EPCI prouve que le CNAS est reconnu par les élus, les COS et le personnel. »

— Retrouvez cet article dans Vivre le CNAS n°53 — spécial Sud-Ouest (pdf-2,81 MB)